Séminaire de réflexion sur la pédagogie universitaire : Motivés, motiver les étudiants en 1er cycle

Le prochain séminaire de réflexion sur la pédagogie universitaire intitulé  « Motivés, motiver les étudiants en 1er cycle » se déroulera le 30 mars 2017 de 12H00 à 13H30 à la Faculté des Sciences dans la salle SC1.01 (voir plan).

Nous accueillerons à cette occasion Jacqueline Papet et Florence Cassignol pour une conférence intitulée « Motivés, Motiver… Les étudiants de 1er cycle de la Faculté des Sciences ».

Les étudiants de la faculté des sciences de l’Université de Montpellier sont des étudiants au même titre que tous les autres étudiants, mais les abandons, les échecs, l’augmentation des profils diversifiés à l’université amènent à s’interroger  dans un environnement universitaire, social et professionnel en grande compétition. Par ailleurs, l’enseignement supérieur en France est face à une injonction parfois contradictoire, un défi : répondre à « une explosion quantitative qui conduit la moitié d’une classe d’âge à poursuivre ses études au-delà du secondaire (soit 80 fois plus d’étudiants qu’au début du siècle) (Goulard, rapport pour le ministère), tout en étant suffisamment qualitatif pour les accompagner dans leurs apprentissages, leur projet  et une entrée réussie dans la vie active. Qui sont ces étudiants ? Certains évoquent la génération Y quand d’autres s’interrogeraient presque sur leurs capacités intellectuelles. Que veulent-ils ? Ont-ils envie de faire des études longues ? Sont-ils donc motivés pour la formation dans laquelle ils se trouvent ? La motivation, qui présente la question des raisons ou motifs de nos actes (Carré et Fenouillet, 2009) au sein des situations d’apprentissage (université) ou dans les actes professionnels (exercer son métier en entreprise) est apparue comme  l’élément à questionner pour répondre à nos interrogations. Nous avons opté pour le modèle de Deci et Ryan (1985, 2000) qui présente la motivation comme définie par des éléments internes à la personne (motivation intrinsèque alimentée par le plaisir : de la connaissance, de l’accomplissement à la réalisation d’une activité, ou encore de la stimulation que procure une activité) et des éléments extrinsèques (alimentés par des éléments externes à l’individu (des récompenses ou des sanctions, un sentiment de culpabilité intériorisé et acquis depuis l’enfance via l’éducation, ou encore la prise en compte de buts à court terme peu intéressants mais nécessaires à l’atteinte d’un objectif  choisi).  Ces éléments intrinsèques et extrinsèques participent à l’atteinte de 3 besoins : la compétence, l’autonomie et l’appartenance sociale. Ainsi, après avoir décrit et donné quelques pistes de réflexion sur la population interrogée (étudiants de L1 à la FDS en 2015-2016), à la lumière de supports théoriques, de présentation de l’enquête menée et d’analyse de traitements statistiques (descriptives et Profils), nous ouvrirons une discussion sur les leviers possibles pour répondre à ces profils avec l’appui des enseignants et enseignants chercheurs qui accompagnent ces étudiants au quotidien.

Pour cela, nous tenterons de répondre à différentes questions :

  1. Qui sont-ils ?
  2. Sont-ils motivés ? Quels sont les grands profils motivationnels de cette population ?
  3. Quelles caractéristiques définissant cette population, pourraient rendre compte de sa motivation ou de l’absence de motivation ?
  4. Quels sont les prédicteurs de la réussite ? (Dupont, De Clercq et Galand, 2015)
  5. Quel modèle de la motivation aux études pour des étudiants en L de la faculté des Sciences de l’université de Montpellier pourrions-nous construire à partir de ces premiers résultats ?
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.